La bière d’Alsace

Affiche d'une bière d'Alsace

Affiche d’une bière d’Alsace. Premier slogan de la marque en 1951 (ancienne brasserie « Tigre Bock »

 

Savez-vous que 6 bières sur 10 consommées en France sont produites en Alsace ?

La fabrication de la bière repose sur quatre ingrédients de base : eau, malt d’orge, levure et houblon (houblon d’Alsace). L’opération initiale du brassage consiste à faire bouillir dans une cuve du malt mélangé à de l’eau, puis à filtrer. Le moût obtenu est de nouveau bouilli, avant l’ajout du houblon qui confère son amertume caractéristique à la boisson.

On attribue aux égyptiens la création du breuvage il y a plus de 6000 ans.

L’abondance et la qualité de l’eau de la nappe phréatique alsacienne utilisée pour la bière a favorisé l’industrialisation.

En Alsace vous en trouverez pour tous les goûts : blonde, brune, blanche, de Noël, du printemps, artisanale, bio,…

 

Histoire de la bière en Alsace

Ce sont les celtes (gaulois) qui ont introduits la bière en Alsace dès le 10ème siècle sous le nom de « Cervoise ». En 1260 est fondée la première brasserie alsacienne, suivi 8 ans plus tard par le premier corps des brasseurs d’Alsace appelé « Tribu des tonneliers » à Strasbourg.

La présence d’orge, de houblon et d’eaux de sources de bonne qualité ont favorisé le développement des brasseries.

Brasserie du pêcheur J. Ehrhard, bière de Strasbourg, médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris 1867

Brasserie du pêcheur J. Ehrhard, bière de Strasbourg, médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris 1867

Au 19ème siècle les brasseries passent au stade industrielle grâce au progrès scientifiques et techniques. Mais c’est surtout le chemin de fer qui permettra à cette industrie alsacienne de se développer. A partir de 1852 un train relie Paris à Strasbourg  et permet d’inonder la capitale de ce breuvage sans altérer la qualité du breuvage, contrairement au transport par route à cette époque.

De 1855 à 1870, c’est l’âge d’or de la bière d’Alsace. En 1860 la compagnie des chemins de fer de l’Est et le syndicat des brasseurs de Strasbourg concluent un accord afin d’envoyer des convois qui ne transportent que de la bière afin d’être plus efficace et rapide. A partir de cet événement, la quantité de bière qui arrive en gare de l’est à Paris est doublée entre 1860 et 1866. Ce n’est plus un train, mais trois, qui arrivent toutes les semaines en gare de l’Est.

Chargement à quai de fûts de bière dans les wagons frigorifiques de la firme Gruber.

Chargement à quai de fûts de bière d’Alsace dans les wagons frigorifiques de la firme Gruber (1872).

La qualité de la bière est reconnue lors de l’Exposition universelle de 1867 à Paris, où les brasseurs strasbourgeois remportent toutes les médailles d’or.

À la fin du Second Empire en 1870, la compagnie assurait un service par jour (dimanche excepté) avec départ régulier le matin à 8 h 35 et arrivée le lendemain à 3 h 30, soit en un peu moins de vingt heures.

Ce succès confère aux brasseurs alsaciens un soutien politique puissant et ils obtiennent la mise en place de lourdes taxes sur les bières étrangères, avant que l’Alsace ne redevienne allemande en 1870.

En 1872, l’Alsace compte 270 brasseries (les trois-quarts concentrées dans le Bas-Rhin), dont près d’une soixantaine de brasseurs strasbourgeois.

Les brasseurs se trouvent alors à l’étroit au centre de Strasbourg et ils vont s’installer dans la périphérie : Schiltigheim, Cronenbourg ou Koenigshoffen.

Peu à peu des regroupements s’opèrent. A la veille de la Seconde guerre mondiale, l’Alsace possédait 23 brasseries, dont 4 dans le Haut-Rhin.

L’Alsace ne compte plus que 5 brasseries industrielles (Fischer, Heineken, Karlsbrau, Kronenbourg, Meteor) qui fabriquent 56 % de la production française de bière.

Aujourd’hui encore, en termes de volume de transport de denrées périssables par chemin de fer, la bière reste de loin dominante en Alsace.

 

 1664 : Jérôme Hatt obtient sa maîtrise de brasseur

Le pont du corbeau de Strasbourg et la brasserie Hatt

Le pont du corbeau de Strasbourg et la brasserie Hatt

Il intègre la corporation des tonneliers et loue la brasserie du canon au pont du Corbeau de Strasbourg.

La branche aînée gère la brasserie familiale qui donnera naissance, après la Seconde Guerre mondiale, aux Brasseries Kronenbourg et leur célèbre 1664, référence à l’année de fondation de la dynastie.

Ainsi, c’est à l’occasion du couronnement de la reine d’Angleterre et en hommage au fondateur qu’est lancée, en 1952, la fameuse « Kronenbourg 1664 » devenue « 1664 » en 1988. L’habillage royal de la bouteille lui vaut le surnom de « col blanc ». Unique bière premium française, 1664 est, aujourd’hui la bière française la plus consommée au monde.

Cette brasserie est aujourd’hui le leader de la bière en France : une bière sur trois consommée en France est produite dans l’usine d’Obernai. Les Hatt resteront à la tête de l’entreprise jusqu’en 1977.

La brasserie du canon à la place du Corbeau de Strasbourg existe toujours !

 

Informatiques pratiques :